" Mon écriture pourrait peut-être vous faire du bien, qui sait ? "

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des dernières publications

vendredi 14 février 2020

Citadins



Je vous écris une lettre
D’un désert lointain
Sous le soleil peut-être
Qui donne lumière à papier
Pour ce que l’on a à y ancrer

Citadins,
Je vous écris une lettre
D’un désert lointain
Sous le soleil peut-être
La pluie est encore à venir
C’est certain…

Citadins,
Je vous écris une lettre
D’un désert lointain
Je suis encore vivant !
Le sable est sûrement à manger
Car je ne suis pas encore… éteint

On me promettait pourtant
Aux horloges des villes
De mourir demain
De crever de faim
Mais je suis vivant !
C’est certain…

Par je ne sais quel miracle
Là où je suis
Il n’y a plus roi du temps
Pour me dire qui je suis
Il n’y a plus reine de Vérité
Pour me dire où je dois aller

Et les mirages…
On s’y voit dedans

Et les mirages…
On y boit dedans !

Citadins,
Là, je vous y attends

jeudi 6 février 2020

Persévérance



Comment fracturer l’oubli ?
Comment dissoudre d’une lumière...
La masse ?
« Couché La Mort ! »
Et si...
Et si persévérance
Se nommait...
Chance
Et si persévérance
Était le seul grade
Au pied du mur...
Qui évade
Et si persévérance
Était... la plus sublime naissance
Comme l’enfant perçant...
Le sang, la chair
Pour sortir... chialant
Du creux d’une mère
De la douleur en lumière
De l’air
De l’air !
Persévérance !
Sous des tonnes de couches
Un dieu derrière... étouffe
De l’air
De l’air !
Que diable en creuse l’avance !
Persévérance
Du vent comme essence...
Perce et avance
Plus fort, plus loin, plus vrai
Perce et avance !

jeudi 23 janvier 2020

« Parce que j’ai mal et qu’ils s’en foutent… »




C’est un relais de souffrance
C’est du chacun pour soi
Comme la somme totale de nos inconsciences…

« Je les déteste !
Parce que j’ai mal et qu’ils s’en foutent… »

Sans reconnaître la douleur de l’autre…
On n’y arrivera pas
Sans reconnaître la frustration de l’autre…
On n’y arrivera pas

Sans reconnaître la folie de ses propres rêves
Et les cadavres autour qui, par milliers, en crèvent
On n’y arrivera pas…

Toi tu dis comme moi…
Devant tous les murs humains
Sur ton écrasant chemin,
Missionnaire de tes propres rêves :
« Je les déteste !
Parce que j’ai mal et qu’ils s’en foutent… »

Ton ennemi dira :
« Je le déteste !
Parce que j’ai mal et qu’il s’en fout… »

Du président au manifestant,
Du terroriste au révolutionnaire,
De l’animal au carnivore,
Du rêveur au vendeur,
Jusqu’à la dernière pensée même d’un suicidaire :
« Je les déteste !
Parce que j’ai mal et qu’ils s’en foutent… »

C’est tout le monde !
A cette seconde…
C’est tout le monde, là, dans mes oreilles

Toute la souffrance du vivant qui m’éveille…

Entendez-vous ?
Ab-so-lu-ment… partout
Le début de toutes les haines
Les vains murmures de chacune de nos chaines :

« Je les déteste !
Parce que j’ai mal et qu’ils s’en foutent… »

mercredi 8 janvier 2020

Autoédition




On pourrait faire comme le Bossu
Monter sur Notre-Dame
Tout au-dessus
Et crier : Asile !

On pourrait remplacer Esmeralda
Par une montagne de livres libres
Pourquoi pas…

T’en dis quoi Victor ?

Que l’on nous pointe du doigt
Pour subsister sous l’échoppe d’un ogre… américain

Ils peuvent bien fermer sa boutique
J’irais proposer ailleurs mes « empiriques »…

Je suis de ce sang-là !

N’ai-je pas le droit de vivre ?
Par ce qui, moi, me délivre

T’en dis quoi Victor ?

De ce monde marchand
Où l’on confond vendeurs et artisans
Où le marketing a pris tant de place
Où l’on nomme libre expression : menace

T’en dis quoi Victor ?

De ce monde qui se voudrait moral
Mais qui ne voit jamais le mal
Quand leurs luttes de consciences
Nous oublient nous et nos existences

T’en dis quoi Victor ?

On pourrait faire comme le Bossu
Monter sur l’Art
Tout au-dessus
Et crier simplement : Subsistance !
Subsistance…

On pourrait remplacer Esmeralda
Par une montagne de plumes libres
Pourquoi pas…

Mais Notre-Dame n’est plus la même...

mardi 7 janvier 2020

La dissension des fous


Batailles de clous
Batailles cailloux
Qui prend la plus grosse pierre ?
Qui a la plus grande… misère ?

Batailles de clous
Batailles cailloux
Qui a de quoi rendre fier…
Et la plus grande place réservée au cimetière ?

Qui a une rue à son nom ?
Qui est toujours pris pour un con ?

Batailles de clous !
Batailles cailloux !

Qui ne servent à rien du tout…
Si l’on ne s’écoute pas

Entre soi

Entre nous...

À rien du tout !

vendredi 27 décembre 2019

La seule vérité



J’ai marché si longtemps dans le désert
Jusqu’à entièrement m’emmurer de poussières

Où il n’y a plus eu personne
Pour m’entendre
Ou me comprendre

Que des voix au loin qui résonnent…

J’ai exploré tant de croyances
Tout ce que l’on dit avoir de l’importance…

J’ai couché toutes leurs logiques
Sur le papier
Leurs belles mécaniques…

Nulle ne tenait...

Leur bienséance
Leur morale
Leur bien, leur mal
Leurs sciences
Et leurs histoires…

Leurs promesses
Leurs garanties
Leurs sécurités
Leurs assurances
Et leurs leçons de calcul

Nulle ne tenait debout…

Que des voix au loin qui déraisonnent...

Tout un tas d’illusions que l’on peut pourtant saisir
Tout un tas d’excuses qui perpétue l’Homme en systèmes
Que l’indomptable Mort viendra balayer comme l’on se tue
D’amour de soi vendu

Reste l’impénétrable de nos êtres
Restent nos rêves et l’envie d’être

C’est la seule vérité

Celle qui tiendra
Le genre humain
Encore vivant…
Demain

mardi 10 décembre 2019

Le chemin de soi


Ça sert à qui ?
Ça sert à quoi ?
Ça dessert qui ?
Ça dessert quoi ?

Qui en manquera ?

À qui je prends ?
À qui je donne ?
Et qui j’entends ?

Et si je pardonne…

Réponds…
Pour chaque chose
Réponds…
Pour chaque cause
Réponds…
Pour chaque pensée
Réponds…
Pour chaque idée

Emmène ton cerveau là où si peu sont allés
Là où nos neurones se sont rendus alliés… nés
Là où tu verras qu’avoir voulu avoir raison… un jour
C’est avoir fait si peu preuve… d’amour

Là où le tout fusionne…

Et tu deviendras…
Le meilleur de toi-même

« Ça sert à qui ?
Ça sert à quoi ?
Ça dessert qui ?
Ça dessert quoi ?

Qui en manquera ?

À qui je prends ?
À qui je donne ?
Et qui j’entends ?

Et si je pardonne… »

Toutes ces questions-là
Ne sont que pour te faire… toi
Ne fais pas de tes réponses… un mur, une loi.