" Mon écriture pourrait peut-être vous faire du bien, qui sait ? "

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des dernières publications

mardi 18 septembre 2018

Viser la Lune !

Il me semble que, bien souvent, quand l'on saisit une pensée nous sommes comme égarés sur une plage s’efforçant de ramener aux autres la vague par les mots, par nos mots...
Pourtant, il me semble, à moi, toujours...
Que ce n'est pas l'origine de sa pensée que l' on saisit là, dans les vagues, mais sa fin, pas même son but, juste son échos ou sa mort. Une illusion de connaissance "facile" qui n'est qu'un ressac de soi-même.

Pour saisir l'origine d'une pensée, de sa pensée malveillante ou bienveillante, constructives ou destructives, il faut remonter plus haut selon moi, s'envoler...

Quel est l'origine des marées si ce n'est la Lune.

Là-haut, on trouve un début de réponse, là on trouve un reflet de soi, un fil d'intégrité à soi-même.
C'est par la Lune qu'il faut répondre, c'est par la Lune qu'il faut répondre aux questions; pas par la terre, trop dure, trop faconnable en murs, trop raisonnable, ni par la mer, trop folle, trop boursouflée par le relief sous marin.

La Lune, là-haut, inatteignable, belle, prétexte au vol pour s'élever meilleur que l'on est véritablement et faire une habitude de vie de ce "meilleur".
Viser la lune !
Elle ne supporte aucun mensonge, surtout pas les siens...

Que l'on mange à horaire fixe et nous voilà sur une plage.
Que l'on mange quand l'on a faim et nous voilà sur la Lune.
Que l'on aime quelqu’un pour ce qu'il nous apporte et nous voilà sur une plage.
Que l'on aime quelqu'un juste et seulement parce que l'on veut l'aimer et nous voilà sur la Lune.
Que l'on dise je sais où tu vas, où il va, et je connais ce "pourquoi" et l'on est sur une plage.
Que l'on dise je ne sais pas, que l'on choisisse l ignorance plutôt qu'une fausse idée qui nous donnera fausse raison, et l'on est sur la Lune.
Belle, puissante de sa propre volonté, avouant sa mortalité, son illusoire, sa possible bêtise, et donc véritablement libre.

La Lune.
Voir sa vie par la Lune change radicalement tout. Viser la Lune redessine une vie, reprogramme une âme, une destinée.

Alors que les gens de colère balancent leurs vagues furieuses à la face du monde, qu'ils fassent couler les frêles esquifs autour de leurs râles pathétiques et ignorants... Parce que oui, nous le sommes et de tout...
Elles cachent vos lunes, gens de colère, ces immenses vagues. Vos vagues, vous les pensez pensées, moi je vous le dit, elles sont larmes lunaires, celles de vos larmes.
Vous êtes en colère parce que vous voulez être en colère.

Sur la Lune, terres des peintres, des rêveurs, des penseurs, des auteurs, des amoureux, des enfants, des cosmonautes, des révoltés, des artistes mécaniciens, jardiniers, cuisiniers, assistantes sociales et que sais-je encore, de ceux qui font parce qu'ils aiment faire et c'est tout...
Sur la Lune, on voit le Big Bang au loin, mystères des mystères, insondable, tout possible, Amour.
Sur la Lune on ne limite pas son malheur, on ne l'abolit pas par ce qu'il y a autour, mais par soi-même, seulement par soi-même.

Que l'on ne me cherche pas sur une plage, car c'est que je m' y serais égarée...








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire