" Mon écriture pourrait peut-être vous faire du bien, qui sait ? "

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des dernières publications

mardi 23 octobre 2018

Rends coeurs


Je ne crois pas à la fainéantise
Je crois seulement au repos et à la réflexion
Berceau à toute action

De l’homme étendu par nos hantises

Qui serais-je ?
Pour dire qu’il se repose
Qui serais-je ?
Pour dire s’il compose

Qui serais-je ?
Pour dire que le souffle couché là
Est moins utile
Que le travailleur qu'il est déjà

Pour dire que les rêves
Sont plus futiles
Que les travaux que l’on en achève

L’architecte est-il fainéant ?
Quand il imagine seulement ses plans

Je ne connais pas d’Homme qui ne pense pas
Je ne connais pas d’Homme qui ne travaille pas
Je ne connais pas d’Homme sans corps tenant
Je ne connais pas d’Homme sans cœur battant

Je ne connais d’eux, que des rêveurs…
Peut-être ont-ils laissé bien trop de cela
À leurs rancœurs

Qui les croient rois
Qui les croient lois

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire