" Mon écriture pourrait peut-être vous faire du bien, qui sait ? "

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des dernières publications

mardi 18 décembre 2018

Être n'est pas avoir

Si la connaissance n’a pas de fin en soi, si elle n’est qu’un outil à ma volonté d’être celui que je veux être… Alors, qui je veux être ?

Dans quel mur enfoncer le clou par ce marteau cerveau ?

vendredi 14 décembre 2018

Débris de cerveau


À fouiller pour écrire…
Encore

À fouiller pour écrire…
Je trouve des corps

Vacarme !

À fouiller pour écrire
Je cherche des larmes

- D’accord


On s’habitue à l’insupportable
Sur un papier au-dessus d’une table

Mais, pour mon stylo
Ça va trop haut
Où ça s’enterre trop bas…

C’est un sac de nœuds
Un vain combat

Un vrai combat !
Entre le « nous »
Et le « je »…

Tous les Hommes sont fous...


Nous sommes trop loin
Pour faire demi-tour
Nous avons bien trop faim
Pour espérer un seul amour

Alors, qui croire ?
Qui croire ?

Pour percer le noir

Pour percer le noir

mercredi 12 décembre 2018

Facilité


Que de facilité dans ce débat
Que de facilité !
Quand tout est si complexe
Et si compliqué…

Que de facilité

Facilité
C’est bien là où l’amour meurt
Facilité
C’est bien là où l’Accusateur demeure

Facilité
Comme une tumeur
À nos cerveaux
Comme une surdité
À nos trémolos…
Vainqueurs

« Tu es »
Pour ne pas dire : « nous sommes »

Facilité
Comme un simple calcul dont on détient, seul
La somme

Pensées prêtes à porter

« Tu es »
Prêtes à tuer

« Tu es »
Prêtes à tuer

La colère d’un homme…
Des larmes que l’on ne nomme…

lundi 3 décembre 2018

Je ne vois pas mieux


Je vois colère qui veut amour, mais qui demande richesses. Je vois richesses qui n’est pas amour.
Je vois colère qui veut amour, mais qui demande richesses. Je vois richesses qui ne sont pas à eux. Ni aux hommes en colère ni aux grands voleurs, au-dessus d’eux.
Alors tout colère, tout colère !
Je vois ailleurs hommes volés, qui souffrent chaque jour qu’on les vole. Je vois haine qui grandit en eux pour les petits et les grands voleurs qui habitent loin d’eux et qui les volent eux...
Alors tout colère, tout colère sur Terre !
Je vois colère qui veut amour, mais qui demande richesses. Je vois richesses qui ne sont pas à eux. Ni aux hommes en colère, ni aux grands voleurs, au-dessus d’eux, ni aux lointains hommes haineux.

Alors je vois Terre qui meurt, mais qui donne richesses qui est amour.
Et c’est tout amour, tout amour.
Tant pis pour eux…

Désolé, si petit voleur, que je suis, je ne vois pas mieux.