" Mon écriture pourrait peut-être vous faire du bien, qui sait ? "

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des dernières publications

mercredi 19 juin 2019

La voix de Lucifer ?

      Une vie ? Une seule ?

Mon Dieu, mon Père, comment leur faire comprendre ça ? Jamais, ils ne me croiront… Et même s’ils voient tomber autour. Jamais.
Jamais ils ne me croiront… Jamais.
Comment faire ça ?
Je les ferais s’aimer puis se séparer, pour qu’ils voient ce que c’est que de perdre, pour qu’ils réalisent la valeur du cœur…

Je ferais mieux encore, je les laisserais même choisir en eux d’aimer ou pas. Le complet choix.
Le complet choix. Le complet choix sur ce qu’ils croient.
Croyance fera volonté en eux. Ils me plieront à leur guise dans leurs esprits là…
Je les ferais saigner puis s’ensanglanter, pour qu’ils voient ce que c’est de souffrir et de faire souffrir… Qu’ils voient de leurs yeux la douleur même, rouge.
Une éclaboussure sang au milieu d’un tableau de lumière…
Je ne cacherais rien à leurs yeux de ce qu’ils font et où ils vont, ni d’où ils viennent, passé et futur. Leur univers leur ressemblera en tous points et s’ils reprochent au monde ses excès, alors ils devront se regarder eux en lui.
La mort sera tracée dans le reflet même de leurs  miroirs, sur les sillons de leurs visages, elle signalera son arrivée par l’affaissement de leurs peaux et la douleur de leurs os.
Ils se rendront malades par poisons du corps ou d’esprit comme l’on se dégoute soi-même de s’abandonner… De manger sans goûter.
Je mettrais un temple d’illusion dans leurs esprits, des faux rêves qu’ils se seront construits comme des barricades pour ne plus avoir à m’écouter moi, la nuit.


Ils voudront de l’aide, mais ils ne se la demanderont pas…
Ils voudront de l’écoute, mais ils ne s’écouteront pas…
Ils voudront de l’amour, mais ils ne s’aimeront pas…

Une vie, une seule !


Note d’auteur : Esquisse d’un projet d’écriture nommé « Le chant du bouc ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire