" Mon écriture pourrait peut-être vous faire du bien, qui sait ? "

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des dernières publications

jeudi 23 janvier 2020

« Parce que j’ai mal et qu’ils s’en foutent… »




C’est un relais de souffrance
C’est du chacun pour soi
Comme la somme totale de nos inconsciences…

« Je les déteste !
Parce que j’ai mal et qu’ils s’en foutent… »

Sans reconnaître la douleur de l’autre…
On n’y arrivera pas
Sans reconnaître la frustration de l’autre…
On n’y arrivera pas

Sans reconnaître la folie de ses propres rêves
Et les cadavres autour qui, par milliers, en crèvent
On n’y arrivera pas…

Toi tu dis comme moi…
Devant tous les murs humains
Sur ton écrasant chemin,
Missionnaire de tes propres rêves :
« Je les déteste !
Parce que j’ai mal et qu’ils s’en foutent… »

Ton ennemi dira :
« Je le déteste !
Parce que j’ai mal et qu’il s’en fout… »

Du président au manifestant,
Du terroriste au révolutionnaire,
De l’animal au carnivore,
Du rêveur au vendeur,
Jusqu’à la dernière pensée même d’un suicidaire :
« Je les déteste !
Parce que j’ai mal et qu’ils s’en foutent… »

C’est tout le monde !
A cette seconde…
C’est tout le monde, là, dans mes oreilles

Toute la souffrance du vivant qui m’éveille…

Entendez-vous ?
Ab-so-lu-ment… partout
Le début de toutes les haines
Les vains murmures de chacune de nos chaines :

« Je les déteste !
Parce que j’ai mal et qu’ils s’en foutent… »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire