mercredi 14 novembre 2018

Libre arbitre

Il n’existe pas de bons ou de mauvais choix, leurs seuls juges se résumeront de toute éternité à nous-mêmes.
Peut-être alors que le mal se suffit à lui-même et que le cerveau qui nous enterre vif dans nos propres corps enferme bien plus efficacement que les barreaux de n'importe quel prison humaine...
L'enfer est-il là alors ? Dans notre crâne, entre nos deux yeux ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire