" Mon écriture pourrait peut-être vous faire du bien, qui sait ? "

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des dernières publications

jeudi 18 avril 2019

Qu'est-ce que ça veut dire ?


Contact avec le ciel rompu ?
Le bas oublié du dessus ?

Des échafaudages pour rendre la Dame ô plus belle
Quand sous la divine robe, brulaient les poutrelles…
Mais qu’est-ce que ça veut dire ?

Le ciel sans ce symbole
Nous prive-t-il de tout espoir… d’une auréole ?
Est-il venu le temps ?

A-t-on laissé bien trop de mendiants
En marches de nos grands monuments ?

Contact avec le ciel rompu !
Ainsi, ça ne peut être que Dieu qui l’a voulu…

Et si l'on y tient tant que ça,
Il faudra bien se poser cette question-là :
Qu’est-ce que ça veut dire ?

A-t-on voulu juges, se voir trop hauts ?
A-t-on voulu coupables, se voir trop beaux ?

Des anges incendiaires
Que même Hugo… a laissé faire,
Mais qu’est-ce que ça veut nous dire ?

Un vieux monde qui se suicide lui-même
Réclame-t-il la fin d’un système ?

À la face du monde entier !
Le hasard révèle désormais nos volontés
Va-t-on tout refaire pareil ?
Antidater la sublime merveille…

Il n’y avait plus de bastille à faire tomber
La Sainte Dame s’est-elle pour nous… Sacrifiée ?
Va-t-on rester encore les oreilles sourdes ou retenir ?
La fragilité de nos vérités trop lourdes… qui ne peuvent tenir

Pour tous nous réunir, y a-t-il encore quelqu’un ?
Si on laissait parler la plus immortelle de nos mains…

À la lumière, en bas, de Notre Dame de Paris
Victor, comme vus d’en haut, nous a décrit :
Les Misérables…

Les Misérables aussi…

mardi 9 avril 2019

Mélanie


Je ne me rappelle plus quand la réalité
Nous a rattrapé
Ni de quelle façon…

Les songes ont de ces horizons
Que l’on finit par bêtement oublier

Elle s’appelait Mélanie
J’ai bien vécu avec elle toute une nuit
J’ai bien vécu avec elle… toute une vie

Quand on s’est aperçu que tout n’était…
Qu’illusion
Elle a beaucoup pleuré
Et j’ai beaucoup parlé

Je voulais tant apaiser sa peine
De devoir me laisser à ma rengaine…

Sur un bord de mer…
Je crois même avoir voulu la serrer
Mais déjà de mes bras… elle disparaissait

Je lui ai dit :
Mon peuple est de terre
Je lui ai dit :
Ton peuple est de ciel

Le marchand de sable nous a tout repris
Nous a tout repris…

Tout cela n’était qu’un rêve
C’est une fin du monde qui s’achève
Devant le réel…
En bas, qui me rappelle

Elle voulait tant rester avec moi
Je lui ai dit :
Tu resteras en moi
À l’intérieur, pour toujours…

Mon amour

jeudi 4 avril 2019

Nuit sous une aile


À la scission exacte du sommeil
À la scission exacte de l’éveil
Existe un état vibratoire…

Qui fera reculer ici  tous ceux qui ont peur du noir

Là-bas,
C’est comme si le cerveau… tremblait
Et ne calculait plus… si vite

Ils te feront passer par ton entrée
Pour prendre leurs mains et fuites

Si tu t’es appris à te réveiller en dormant
Et que l’invisible ne dérange plus ton conscient
Si tu ne te prétends innocent à rien de ton être

Ils te feront percevoir
Mille âmes… à connaitre, à voir
Qui tant, nous ressemble

Tu exploreras tout de ce qui nous assemble
Par ton esprit qui en eux s’émiette
Tu auras vu dans d’innombrables têtes

Un infini flot d’informations
In formé !
Dont nous sommes le reflet
L’addition…

Et quand tu reprendras matière
Que ton réveil aura sonné… la poussière
Morphée t’aura fait tout perdre en connaissance
De ces milliers d’esprits à voir en reconnaissance

Tu n’oublieras pourtant jamais…

La folle instantanéité
Et l’éphémère
Nature de leurs ailes

L’in formation des Anges

mercredi 3 avril 2019

Mal a dit


Tu seras un Homme mon fils
Quand tu sauras dissimuler tes vices…
Faire semblant

Bien cacher tes désirs
Dissimuler tes tourments
Faire semblant…

Mettre un masque
Enfiler un casque
Pour ne pas prendre les chocs
Des gens dont l’on se moque

Et peu importe de faire de ce monde un enfer
Pour ceux qui n’ont pas les mêmes manières…

Faire semblant

De peur de ne pas être vraiment aimé
De peur de ne se savoir plus être aimé…
Par la masse
Croisée

On peut même s’autoriser…
À tuer la menace
On a pour tout malheur, un bouc émissaire
Alors, pourquoi donc se taire ?

Faire semblant

Juste pour bien figurer
Au milieu des pâles figurants…

On aime tant ce que l’on fait
Que l’on voudrait en être exempté
Faire semblant…

Être respectable, celui que l’on peut test
Être raisonnable, même celui qui se déteste
Ne pas avoir un cerveau lent
Et tout donner aux médicaments
Faire semblant

Tout entasser dans une cave
Aux regards, dissimulée
Et sur la porte de la sainte enclave
Il faudra alors marquer :

Sans blanc !

mercredi 27 mars 2019

Pas de sens !


J'aime bien l'idée que la vie n'a pas de sens...
Oui, vraiment.

Parce qu'alors il revient à nous de lui en donner un !

Puissance maximale !!! : )

lundi 25 mars 2019

Vieille âme

Vieille âme
Qui veut guérir sans lame

Vieille âme

Si je n’avais pas l’âge
Des rides de mon visage ?
Vieille âme

À écouter les dires…
Eux, ils savent ce que je devrais… lire
Mais, ce qu’ils me montrent du doigt
Je crois l’avoir déjà lu tant… de fois
Autrefois…

Sinon pourquoi
Tout cela me serait resté là ?

Ce que je ne devrais pourtant pas connaitre
J’en trace… les lettres

Vieille âme
M’a-t-on dit
Vieille âme…
Suis-je resté aussi longtemps ici ?

Et cette envie !
Comment l’explique-t-on ?
Si ce n’est ce besoin de remplir… le fond

Je sais dissoudre mes cauchemars
Qui règnent sur tant et d’autres nuits noires
J’ai les mains aquariums
Et ma volonté pour summum
Je suis un vieil ami de l’ombre
Qu’il me faudra faire encore aimer en nombre

Je connais ce que m’en a dit Lucifer
Épreuve et maître de matière
J’ai en bouche tout le goût d’une pomme
Logée dans l’inconscience de l’Homme
J’ai un jouisseur à élever dans les flancs
Jack a enfin et pour toujours son roman !

Est-ce que cela serait donc si fou ?
D’entendre ces incompréhensibles échos en nous…

Comme toute vieille âme
Il me faut être bon
Comme toute vieille âme…

Il me faudra être pont

mardi 19 mars 2019

Première... inspiration


Bouteille à la mer
M’est revenue ce matin

Les souvenirs d’un gamin
Les idées d’un frère

Tout est passé indiciblement
Presque invinciblement
In-vin-ci-ble-ment

Tout est parti
Tout a grandi

Et depuis…
Rien de mieux
Que nos jeux

Des paquets de cigarettes
Transformés en bateaux
Les forains faisaient nos fêtes
En blocs de Lego
Les mouchoirs en papier
C’est bien sûr, des avalanches tombées

Des cartons découpés comme l’on peut
Où habiter un peu nous deux
En architecture, ta couverture rose
C’est la toiture que l’on pose…

Une chambre, notre monde
Un abri à ceux qui en bas, se grondent

Quand j’étais petit

L’imagination
Avait un nom…

Celui de mon grand frère

J’ai tout volé de son univers

Avant même de lire
Avant même d’écrire

C’est ma première… inspiration
Celui qui a choisi mon si perforant prénom

Le premier maître de ma magie
Jusque très tard ô dans la nuit…

Tout était écrit